Course de vitesse : une nouvelle drogue apparaît chaque trimestre!

8 décembre 2010 0 Par Robert Galibert

000_0230.jpgA Marseille sur le Cours Julien, à Toulouse Place Jeanne d’Arc, à Bordeaux Place de la Victoire, ou encore à Nice Av Malaussena, les bénévoles de l’association « Non à la drogue, oui à la vie » ont installé ce samedi 4 décembre, comme à l’accoutumé, leur stand de prévention et d’information sur le danger que représente le fait de consommer des drogues.

D’après une étude récente, les drogues de synthèse se répandent à toute allure. Tous les trois mois, on voit apparaître une nouvelle drogue. Il y a eu le spice, un cannabis synthétique, la méphédrone que l’on appelle « l’ecsta du pauvre » parce qu’il a le même effet que l’ecstasy mais coûte moins cher. Au lieu d’aller chercher des produits à l’autre bout du monde, les trafiquants européens cherchent à les produire eux-mêmes. L’opération s’effectue dans leur cuisine, leur salle de bains. Le plus souvent, ce sont des produits industriels détournés de leur usage comme le GBL, un solvant utilisé pour enlever les tags des murs ou le cambouis sur les jantes. Ingéré, le GBL se transforme en GHB, la drogue des violeurs. Il existe maintenant ce que nous appelons des « drug designers ». Ce sont des chimistes chargés de contourner la loi. Telle molécule étant interdite, ils vont prendre la molécule d’à côté, légale, pour confectionner leurs produits.

Pour Robert Galibert, président de l’association Non à la drogue, oui à la vie, « Nous sommes dans une véritable course contre les dealers. Il faut bien sûr lutter contre le crime lié à la drogue mais ce n’est pas suffisant. Si on arrête un dealer, demain il y en aura trois à sa place. Le véritable en jeu consiste à apporter la connaissance et la compréhension du phénomène drogue. Quelle que soit l’ingéniosité des dealers, c’est l’éducation qui fera toute la différence et on entendra alors un ado répondre : ta m… tu te la gardes, je sais ce que c’est et je ne veux pas me détruire ».

Dans son livre « Un corps pur, l’esprit clair », l’humaniste Ron Hubbard écrivait : »La planète s’est heurtée à un obstacle qui empêche tout progrès social à grande échelle : les drogues et autres substances biochimiques. Celles-ci peuvent plonger les individus dans une condition qui non seulement inhibe et détruit leur santé physique mais qui peut aussi empêcher toute amélioration stable du bien-être mental ou spirituel. »

C’est pourquoi la campagne d’information de l’association Non à la drogue, oui à la vie s’appuie sur  le « kit de prévention » qui comprend 13 brochures factuelles sur les drogues les plus courantes (Cannabis, Héroïne,  Cocaïne, Crack, Ecstasy, LSD, Antidouleurs, Crystal Meth, Ritaline, alcool, drogues psychotropes prescrites ou drogues par inhalation), ainsi qu’une série de 16 spots vidéo de 30 secondes intitulés « ils ont dit, ils ont menti »  et enfin plus de 200 témoignages vidéo basés sur des expériences authentiques.

Pour obtenir davantage d’information sur les actions de l’association ou pour télécharger ou obtenir gratuitement ses publications, visitez le site internet : www.nonaladrogue.org

Contact presse : Robert Galibert au 06 20 51 17 57 info.drogue@gmail.com ou http://cestquoiladrogue.fr