Drogue : qui veut détruire la société ?

30 mai 2011 0 Par admin

Stand de prévention Marseille Vieux Port

Stand de prévention Marseille Vieux Port

Marseille, samedi 28 mai 2011, les bénévoles de l’association « Non à la drogue, oui à la vie » ont déployé leur stand d’information sur le danger des drogues sur le Vieux Port comme à l’accoutumé mais aussi à St Just pour participer au Festival Freestyle 2001.

Leur but : encore et toujours éduquer. Pour cela ils ont distribué gratuitement des centaines de livrets éducatifs de la série « La vérité sur la drogue ».

Or, nous assistons depuis quelques temps à une guerre acharnée de la part de ceux qui voudraient … légaliser les drogues ! Pour eux, il faudrait « arrêter la guerre contre la drogue »…

On se retrouverait alors dans un monde où les drames dus à la drogue ne seraient plus, les familles ne seraient plus détruites… puisque les drogues seraient légales !

Du coup, il n’y aurait plus de maladies, plus de schizophrénies dues au Cannabis… car c’est bien l’interdit qui rend les drogues toxiques, non ?

Les accidents de la route ou du travail diminueraient : il est évident que la prohibition rend les drogues dangereuses au volant, non ?

Bien sûr, le QI de nos ados augmenterait en flèche puisque les drogues légalisées ne les rendraient plus stupides et ils seraient alors pleins d’entrain pour aller étudier ou travailler !

Les dealers, qui gagnent actuellement des sommes astronomiques deviendraient brusquement des gentils gars qui se lèveraient de bon matin pour aller travailler et gagner …le SMIC !

Et on n’aurait plus à craindre les conséquences des drogues sur les générations futures dues aux modification du patrimoine génétique… car c’est bien la loi qui les rend mutagènes !

On pourrait hélas, continuer ainsi longtemps.

Malheureusement ce n’est pas ce qui s’est produit dans les pays qui ont fait l’expérience (les frais pourrait-on dire) de la légalisation.

Et, si on s’en réfère à la logique élémentaire, « quand les théories et les faits se contredisent, ce sont les faits qui ont raison » !

Or que disent les faits ?

Et bien dans TOUS les pays qui ont fait l’expérience de légaliser l’utilisation du cannabis, il s’en est suivi une vague d’augmentation drastique de la consommation, non seulement du cannabis mais aussi des autres drogues dites « dures », une augmentation parallèle de la criminalité et un effondrement des valeurs morales… Et ça, les plus belles théories n’y peuvent rien, ce sont les faits.

Oh, bien sûr, ils s’appuient sur l’expérience du Portugal ou de la Suisse… Bel exemple de représentativité statistique en oubliant l’exemple cuisant de l’Espagne ou de la Suède !

Et quand bien même , si le Portugal n’a pas vu une hausse spectaculaire de la consommation de Cannabis, il a vu par contre le nombre de traitements à la Méthadone et au Subutex qui a plus que doublé (6040 à 14877 après la dépénalisation) ! C’est d’ailleurs le même constat que l’on peut faire pour la dépénalisation aux Pays Bas… Et quand on sait qu’il est beaucoup plus difficile de se sevrer de ces drogues de substitution que de l’Héroïne… Mais C’est peut-être là, justement, le but de la manœuvre ?

« L’élément le plus destructeur de notre culture actuelle est la drogue » écrivait l’humaniste L. Ron Hubbard dans les années 60 et l’expérience montre que c’est bien ce qui se produit actuellement.

L’alternative ne doit pas être : « faire la guerre contre la drogue » ou bien « dépénaliser la consommation de drogues » (ce qui reviendrait inexorablement à « légaliser la consommation de drogues » à très court terme).

La seule véritable voie pour résoudre le problème de la drogue est l’éducation. C’est pourquoi la campagne de prévention de l’association « Non à la drogue, oui à la vie » s’appuie sur le « kit de prévention » qui comprend 13 brochures factuelles sur les drogues les plus courantes (Cannabis, Héroïne, Cocaïne, Crack, Ecstasy, LSD, Antidouleurs, Crystal Meth, Ritaline, alcool, drogues psychotropes prescrites ou drogues par inhalation), ainsi qu’une série de 16 spots vidéo de 30 secondes intitulés « ils ont dit, ils ont menti » et enfin plus de 200 témoignages vidéo basés sur des expériences authentiques.

Pour obtenir davantage d’information sur les actions de l’association ou pour télécharger ou obtenir gratuitement ses publications, visitez le site internet : www.nonaladrogue.org

Contact presse : Robert Galibert au 06 20 51 17 57 info.drogue@gmail.com ou http://cestquoiladrogue.fr